La Canne de Monsieur de Balzac par Delphine de Girardin

Titre de livre: La Canne de Monsieur de Balzac

Auteur: Delphine de Girardin

Broché: 198 pages

Date de sortie: April 12, 2018

La Canne de Monsieur de Balzac par Delphine de Girardin est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

La Canne de Monsieur de Balzac par Delphine de Girardin

Delphine de Girardin avec La Canne de Monsieur de Balzac

Extrait :
Il est un malheur que personne ne plaint, un danger que personne ne craint, un fléau que personne n’évite  ; ce fléau, à dire vrai, n’est contagieux que d’une manière, par l’hérédité — et encore n’est-il que d’une succession bien incertaine, — n’importe, c’est un fléau, une fatalité qui vous poursuit toujours, à toute heure de votre vie, un obstacle à toute chose — non pas un obstacle que vous rencontrez — c’est bien plus. C’est un obstacle que vous portez avec vous, un bonheur ridicule, que les niais vous envient  ; une faveur des dieux qui fait de vous un paria chez les hommes, ou — pour parler plus simplement — un don de la nature qui fait de vous un sot dans la société. Enfin ce malheur, ce danger, ce fléau, cet obstacle, ce ridicule, c’est… — Gageons que vous ne devinez pas — et cependant quand vous le saurez, vous direz  : «  C’est vrai.  » Quand on vous aura démontré les inconvénients de cet avantage, vous direz  : «  Je ne l’envie plus.  » Ce malheur donc, c’est le malheur d’être beau.
Remarquez bien ici la différence du genre. Nous disons  :
LE BONHEUR D’ÊTRE BELLE

LE MALHEUR D’ÊTRE BEAU

Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Quelqu’un a dit quelque part  : Quelle est la chose désagréable que tout le monde désire  ? Ce quelqu’un s’est répondu à lui-même  : «  C’est la VIEILLESSE.  » Nous disons, nous  : Quel est le fléau que chacun envie  ? — et nous nous répondons à nous-mêmes  : C’est la BEAUTÉ. Mais par la beauté nous entendons la véritable beauté, la beauté parfaite, la beauté antique, la beauté funeste. Ce qu’on appelle un bel homme n’est pas un homme beau. Le premier échappe à la fatalité  ; il a mille conditions de bonheur. D’abord, il est presque toujours bête et content de lui  ; ensuite, on a créé des états exprès pour sa beauté. Être bel homme est un métier.
Le bel homme proprement dit peut être heureux — comme chasseur, avec un uniforme vert et un plumet sur la tête.
Il peut être heureux — comme maître d’armes, et trouver mille jouissances ineffables d’orgueil dans la noblesse de ses poses.